QUI EST PHID ?

Philippe est né le 20 octobre 1969. C’est à 31 ans, après avoir travaillé près de neuf ans dans le monde des télécommunications, qu’il décide de consacrer sa vie à comprendre le sens de celle-ci. Il se forme alors à tout ce qui touche au fonctionnement humain, découvre le yoga et la méditation, avant de changer de secteur et de s’orienter en 2005 vers la formation d’adultes dans le domaine des relations humaines (communication, gestion de conflit et gestion du stress). Au fil des années, il a été amené à fréquenter aussi bien le milieu de l’entreprise privée que les temples bouddhistes.

Développement personnel

simplePlus de dix ans de développement personnel et un voyage initiatique en Australie auront été nécessaires pour qu’une évidence apparaisse naturellement : ce n’est pas en ajoutant quelque chose à ce que l’on a ou à ce que l’on est que l’on devient plus heureux. Cela ne signifie pas que chercher n’a pas de sens. Mais si quelqu’un est incapable de se sentir bien ici et maintenant, aucun « ailleurs », aucun « autrement » ne pourra résoudre le problème de ce chercheur. C’est dans les pays riches que l’on trouve le plus de dépressifs, et nombre de gens sont malheureux alors qu’ils ont une famille et des amis qui les aiment.

Deux périodes importantes ont suivi : une première consacrée au lâcher-prise, une deuxième consacrée à la notion de non-dualité. Mais tout ceci n’était encore qu’une recherche. Il fallait bien que cela s’arrête un jour. Pas par choix, mais par épuisement.

Méditation

Riche d’une pratique de méditation de plus de dix ans dans les trois grands courants que sont la méditation zen, tibétaine et vipassana, il prend conscience que chaque philosophie entraîne le chercheur dans un direction donnée. Mais quelle est la bonne ? Aucune, si elle ne conduit pas à soi. Toutes, si elles le font. Avec cette grande question : où est ce « soi » que l’on cherche ?

Empreint de non-dualité, son message s’adresse à toute personne en recherche d’une vision plus naturelle de la vie. Il n’invite pas à aller ou à revenir quelque part, mais à s’asseoir et à réaliser que nous avons toujours été ce que nous sommes, ici et maintenant.