BIENVENUE sur PhiD.be

Vous êtes sur Phid.be, ex-Vision Positive.be

logo-phid-vcarre133

De tout temps l’être humain a cherché à éviter de souffrir. Avec l’arrivée de nos sociétés modernes, de la relative sécurité des pays occidentaux et l’accès à des soins de qualité, ce but aurait dû être atteint. Pourtant, il n’en est rien. Non seulement la souffrance est toujours présente, mais elle l’est encore plus dans les pays riches. Je parle de souffrance morale, bien sûr. Toute personne ayant expérimenté un état de dépression, même passager, peut faire la différence entre une souffrance physique et une souffrance morale. La première fait mal à un endroit bien précis. Elle s’atténue ou disparait quand on reste immobile ou que l’on prend un anti-douleur. La deuxième concerne la totalité du corps, semblant pénétrer chaque cellule de celui-ci. Comme si chacune d’elles était plus lourde, plus dense, enrobée d’une chape de plomb qui rend l’existence pénible à supporter.

Pourquoi cette souffrance morale touche-t-elle n’importe qui, n’importe quand, sans réellement être liée à nos conditions de vie ? L’explication est simple : cette souffrance ne dépend pas de facteurs extérieurs, elle dépend de notre manière d’interpréter la réalité. Cette interprétation est conditionnée par nos parents, la société et notre expérience de vie. Il en résulte trois erreurs, trois « poisons » qui transforment la vie en quelque chose qu’elle n’est pas. C’est trois « poisons » sont l’ignorance de ce que nous sommes réellement, le désir de vouloir préserver ce qui est agréable et le rejet de ce qui ne l’est pas.

Il existe une issue. Elle passe par une meilleure compréhension de la réalité et par une remise en question de notre mode de perception. C’est ce que propose ce blog dont les différents articles sont classés en CATÉGORIES reprises ci-dessous :

BONHEUR

Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on trouve. Pourtant, c’est ce que tout le monde cherche… Pourquoi ? Et pourquoi pas ? Chercher le bonheur est une occupation comme une autre. Quand on comprend que celui qui cherche le bonheur et celui qui crée le malheur est la même personne, tout devient plus clair…

CONFIANCE EN SOI

Connaissez-vous la différence entre la confiance en soi et l’estime de soi ? La confiance en soi est liée à la confiance en notre capacité à gérer les situations et événements de notre vie. L’estime de soi est liée à la valeur que nous nous attribuons en tant que personne.

EXERCICES

Quelques exercices gratuits pour aider à positiver, à y voir plus clair, à lâcher-prise ou tout simplement à respirer. Certains sont à faire en direct, d’autres sont à télécharger et à appliquer dans votre vie de tous les jours.

HISTOIRES

Quelques histoires inspirantes.

IDÉES

Pour les idées à appliquer, ou tout simplement les articles qui n’entrent pas dans d’autres catégories.

LÂCHER-PRISE

Quand je parle de lâcher prise, on me demande souvent si c’est une bonne idée de laisser tomber. La différence fondamentale entre « lâcher prise » et « laisser tomber », c’est que quand on lâche prise on se sent soulagé. Quand on laisse tomber on se sent frustré. La frontière est souvent mince. Et alors ? De toute façon si vous ne lâchez pas prise, la vie vous forcera à abandonner un jour… (sauf si vous êtes un mutant ou un vampire, ou tout simplement immortel)

LIVRES PUBLIÉS

Des infos concernant deux livres publiés à compte d’auteur : Je pars dans le désert, l’aventure d’un trentenaire qui traverse l’Australie pour trouver le bonheur, et Le petit guide du stressé, un concentré de 40 idées pour gérer son stress en conscience (à paraître).

MÉDITATION

La méditation est souvent considérée comme un outil de bien-être. Elle permet de se calmer et de prendre du recul par rapport aux événements difficiles de la vie. Elle peut aussi être un outil de transformation personnelle. Mais la véritable méditation n’est pas un outil de bien-être, elle est un outil de compréhension pour se libérer des 3 poisons de l’existence (l’ignorance, l’attachement et l’aversion). Elle n’est rien d’autre qu’un entrainement pour apprendre à simplement être ce que nous sommes. Cela implique de commencer par calmer le mental qui part dans tous les sens, puis d’observer ce qui est pour en comprendre la véritable nature. Si des techniques existent, c’est pour pointer du doigt le chemin qui mène vers cet idéal que notre mental ne peut accepter.

NON-DUALITÉ

Notre cerveau classe de manière inconsciente et automatique chaque chose et événement en trois catégories: ce qui est bien, ce qui n’est pas bien, et ce qui est indifférent. C’est le début de la souffrance. Car nous essayons de garder ce qui est agréable et de rejeter ce qui ne l’est pas. En nous attachant aux choses et aux personnes, nous les privons de leur liberté. En rejetant ce qui est classé comme désagréable, nous fuyons, parfois toute une vie. Même quand tout va bien nous créons de la souffrance. Parce que nous avons peur de perdre ce que nous avons et peur que quelque chose de désagréable arrive.

Et si tout ce qui arrive dans notre vie était simplement ce qui arrive dans notre vie ? Quand nous regardons un film, nous apprécions tout ce qui s’y passe. L’agréable comme le désagréable. Un « bon film » n’est pas un film où tout se passe bien. Nous payons pour avoir des émotions. Et si notre vie n’était qu’un film ?

RELATIONS

Il y a une différence entre « faire du business » et « aimer ». Demander à l’autre de combler vos manques, ou combler les manques de l’autre, c’est du business. Aimer, c’est offrir. Sans rien attendre, sans emprisonner ou détruire. Sans contrôle.

SPIRITUALITÉ

Le mot « spiritualité » utilisé ici concerne la recherche de sens. Qui suis-je ? Pourquoi ? Quelle est le sens de cette vie ? Elle n’a rien à voir avec aucune forme de dogme ou de religion.